Le 20 Mai 1900 à 1H00 du soir, Les membres du conseil municipal de la commune de Rieux, proclamés par le bureau électoral à la suite des opérations du 6 et 13 Mai 1900 se sont réunis dans la salle de la mairie sur la convocation qui leur a été adressée par le Maire.
Etaient présent:

Crapart Alexandre
Guérin Emile
Clément Alexandre
Molet Stephen
Fontaine (François)
Guérin Louis
Moreignaux Abel
Laplaige Jules
Perdreau (Bastide)
Camus Henri
Installation du conseil municipale, élection du maire et de l'adjoint.
Premier tour maire.
Molet Stéphen (5V)
Moreigneaux Abel (2V)
Crapart Alexandre (2V)
Laplaige Jules(1V)
Deuxième tour maire.
Molet Stéphen (7V)
Crapart Alexandre (3V)
Mr Molet Stéphen ayant obtenu la majorité absolue a été proclamé Maire.

Election de l'adjoint.
Crapart Alexandre (9V)
Guérin Louis Alexandre(1V)
Mr Crapart Alexandre ayant obtenu la majorité absolue des suffrages a été proclamé adjoint.

Le 16 Septembre 1900 Mr le Maire donne lecture de la circulaire préfectorale de 8 Septembre 1900 ayant pour objet l'organisation d'un réseau téléphonique départemental.
Le conseil après avoir délibéré.
Vu la lettre de Mr le Préfet de la Marne en date du 8 Septembre 1900 de laquelle il résulte qu'un projet de réseau téléphonique départemental sera soumis au conseil général à sa première session.
Vu l'engagement pris par l'état de rembourser l'avance consentie au moyen de la totalité des futurs produits de ce réseau.
Vu l'engagement pris par le conseil général de substituer le département aux communes en ce qui concerne l'avance à faire à l'état et de mettre les deux tiers des intérêts à la charge du budget départemental.
Considérant que par suite de ces dispositions les communes n'auront qu'à assurer chaque année le tiers des intérêts de la somme restant à rembourser.
Considérant en outre, que cette somme ira en diminuant d'année en année pour s'éteindre avec l'amortissement du capital avancé.
Considérant d'autre part que la population de la commune est par trop divisée en hameau et qu'aucune industrie ni établissement n'y existe. Décide qu'il n'y a pas lieu de rattacher la commune de Rieux au réseau téléphonique départemental.

Le 7 Octobre 1900 Mr le Maire expose que presque toute l'année les habitants du hameau de Villeperdue sont privés d'eau, soit pour abreuvoir, soit pour lavoir, une grande partie de l'été et de l'automne.
Mais qu'il existe à proximité du dit hameau de Villeperdue et sur le bord du chemin rural d Villeperdue à Fontaine Armée, un trou qui se trouve alimenté par une bonne source qui ne tarit jamais, laquelle source est enclavée dans la propriété de Mr Henri Collet, propriétaire domicilié audit Villeperdue qui peut à sa guise faire détourner le courant du trop plein de la source et par la suite priver d'eau les habitants de ce pays en cas de disette.
Mr le Maire ajoute qu'il a plusieurs pourparlers avec Mr Henri Collet qui a fini par consentir à céder à la commune l'eau fourni par la source afin d'alimenter un bassin abreuvoir public communal, moyennant une petite indemnité, et qu'un plan dressé et borné par Mr Neuville, géomètre résidant à Montmirail serait annexé au marché à intervenir.
Le conseil approuve l'ensemble et autorise Mr le Maire à traiter à l'amiable avec Mr Henri Collet.

Le 13 Octobre 1901 Mr le Maire donne lecture d'une délibération du conseil municipal de Montmirail en date du 12 Juin 1901 relative aux changements de jours pour les foires des 29 juin (foire Saint Pierre) et 16 Août (foire Notre Dame) soient reportées la 1ère au 1er lundi de juillet; la 2ème au lundi suivant le 16 Aout.
Le conseil municipal, après avoir délibéré décide qu'il y a urgence de reporter ces deux foires au lundi qui suit le jour où elles tombent dans l'intérêt des commerçants et habitants de Montmirail.

Le 16 Février 1902 Le conseil municipal ouvre sur fond libre un crédit de trente sept francs quatre-vingt centimes pour l'acquisition de 2 cartes Vidal Lablache et de livres classiques en faveur des élèves qui fréquentent l'école de Rieux.

Mr le Maire expose qu'un certain nombre de jeunes gens lui ont manifesté le désir de voir s'ouvrir un cours d'adulte dans la commune de Rieux; que d'autre part Mr l'Instituteur se chargera avec empressement de la direction de ce cours.
Le conseil municipal.
Considérant que l'ouverture d'un cours d'adulte aurait de grands avantages au point de vue, et de l'instruction et de l'éducation des jeunes gens demande à Monsieur le Préfet de vouloir bien créer le cours dont il s'agit et décide que la direction en sera confiée à Mr Richard, instituteur.

le 17 Mai 1903 Mr le Maire donne au conseil municipale, lecture d'une circulaire de Mr le Préfet en date du 15 Avril dernier concernant les demandes qui seraient formulées par les communes à l'effet d'obtenir la construction au cours de la période de dix ans qui s'écoulera de 1905 à 1915, de chemins vicinaux ordinaires subventionnés par application de la loi du 12 Mars 1880.
Le conseil municipal, après avoir délibéré, demande le classement du prolongement de chemin vicinal N°6 sur une longueur de mille mètres, de Beigneaux, commune de Rieux, à Tréfols.

Le conseil municipal reconnaissant que Mr Richard, instituteur à Rieux remplit ses fonctions d'instituteur et de secrétaire de mairie à la satisfaction entière des habitants de la dite commune de Rieux, lui a alloué à titre de supplément de traitement, article 60, budget des exercices 1903 et 1904 une somme de cent francs.

Le 14 Février 1904 Attendu que la durée du mauvais temps persiste (pluie, froid et vent surtout), certains propriétaire ou fermiers de la commune de rieux n'ont pas encore débarrassé leurs arbres (vu leur nombre), de leur gui. Dans ces conditions le conseil municipal sollicite une prolongation d'un mois à partir du 15 Février courant pour permettre aux intéressés d'accomplir leur besogne.

Suivez rieux51210 on Twitter   Suivez le Forum WsWin          Web-Concept.eu  ©2010 N°27SE188   Visiteurs : 799199   Aujourd'hui : 212   En ligne : 2