L'an an mil neuf cent trente cinq le dix-huit Mai à dix-neuf heures, les membres du conseil municipal de la commune de Rieux proclamés par le bureau électoral à la suite des opérations des 5 et 12 Mai 1935 se sont réunis dans la salle de la Mairie.

1 M Guérin Constant
2 M Guérin Louis
3 M Henry Léon
4 M Perdreau Gaston
5 M Lefèvre Lucien
6 M Roland René
7 M Laurent Rose
8 M Mortier Albert
9 M Tanton Henri
7 M Jacquet Pierre
Election du Maire, 1er Tour.
M Perdreau Gaston (9V)
M Guérin Constant (1V)
Mr Perdreau Gaston déclare ne pas accepter.

Election du Maire, 2ème Tour.
M Guérin Constant (8V)
M Mortier Albert (1V)
M Laurent Rose (1V)
M Guérin Constant ayant obtenu la majorité des suffrages a été proclamé Maire.

Election de l'adjoint.
M Henry Léon (7V)
M Laurent Rose(1V)
M Lefèvre Lucien (1V)
M Perdreau Gaston (1V)
Mr Henry Léon a été proclamé adjoint.

L'an mil neuf cent trente cinq le 22 Octobre à dix huit heures, le Conseil Municipal.
Considérant que Mr Honnons, ancien instituteur de la commune à repris ses fonctions dès le mois d'Octobre 1935, le conseil décide que Mr Honnons reprendra ses fonctions de secrétaire de mairie en remplacement de Mr Deguay, et ce, avec effet du 1er Octobre 1935.

Considérant que Mr Honnons instituteur est célibataire et ne peut de ce fait, assurer les fonction de maitresse de couture, le Conseil décide que Mme veuve Herbin, née Coffinet Alétitia exercera les fonctions de maitresse de couture. Il lui sera allouée la somme de trois cents francs inscrite à l'article 59 et ce avec effet du 1er Octobre 1935.

L'an mil neuf cent trente six, le quinze Novembre à huit heures.
Le C.M. décide d'allouer à Monsieur Honnons, instituteur, la somme forfaitaire de cinquante francs par an pour l'achat du matériel nécessaire et le balayage de la salle de classe.

Le Maire propose au C.M. d'assurer le Maire contre la responsabilité civile. A l'unanimité le Conseil décide de contracter une assurance jusqu'à concurrencé d'un capital de 100.000.f et ce moyennant une prime annuelle de 25f qui sera prise pour l'exercice 1936 au budget additionnel article 10. La police sera contracté à la Mutuelle Générale Française, société d'assurances dont le siège est au Mans.

L'an mil neuf cent trente sept le sept Mars à quatorze heure le Conseil décide d'aménager une cantine scolaire à l'école communale à partir de l'année scolaire 1937-1938. Il prévoit l'aménagement d'un réfectoire provisoire.
Quant aux crédits nécessaires à cet établissement, ils seront votés à la session de Mai 1937.

L'an mil neuf cent trente sept le vingt trois Octobre à seize heures, le conseil.
Considérant que Mme Veuve Herbin ne peut plus, pour des raisons personnelles, remplir les fonctions de maîtresse de couture. Le Conseil décide que Mme Honnons née Perdreau Solange, exercera désormais ces fonctions, et elle percevra l'indemnité de trois cents francs inscrite à l'art. 59 du budget primitif et ce avec effet du 1er Octobre 1937.

Considérant que l'installation électrique dans les bâtiments communaux a besoin de réparations et modifications, le Conseil décide de pourvoir à ces réparations et prévoit le montage d'une lampe dans le couloir de l'école aménagé en réfectoire. Les dépenses seront mandatées sur les crédits pour dépenses imprévues.

L'an mil neuf cent trente sept, le vingt cinq Novembre à huit heures, le Conseil.
Considérant que le traitement du garde-champêtre n'est pas en accord avec le coût de la vie actuel, le CM décide d'allouer une indemnité à titre de gratification pour l'année 1937, de 100f, qui seront à mandater sur les fonds libres.

Sur la proposition de Président, le Conseil Municipal décide de prendre à la charge de la Commune le montant de l'abonnement téléphonique avec une réduction de 50%, soit la somme de 140f, existant chez Mr Bouquet maréchal ferrant, dans le but d'assurer le service téléphonique public, à condition que le poste soit attaché directement à Montmirail.

Le Conseil décide d'allouer à Monsieur Bouquet, tenancier du poste téléphonique public, une somme annuelle de 700f pour tenir porte ouverte au public et porter les dépêche à domicile.

A l'unanimité, le conseil propose Mr Duchat Pierre, demeurant à Montenils pour assurer le service de distribution du courrier dans la commune de Rieux. Ce distributeur communal sera alors adjoint à Mr Bouquet qui accepte les fonctions de correspondant postal.

Mme Honnnons, née Perdreau Solange étant agrée par l'Inspection Académique pour exercer les fonctions de maîtresse de cantine à l'école mixte de Rieux à compter du 1er Octobre 1937 , moyennant un traitement annuel de six cents francs, le CM décide de prendre sur les fonds libres (dépenses imprévues) le complément de la somme qui lui est allouée pour le 4e trimestre de 1937, soit 75f.

L'an mil neuf cent trente huit, le trois Mars à neuf heure, le Conseil Municipal demande à Monsieur le Maire de se documenter pour avoir des précisions au sujet des assurances des sapeur pompiers afin de réviser la police déjà contractée.

Envisageant la question de l'assurance des enfants élèves de l'école, le Conseil Municipal demande que Monsieur le Maire sollicite des renseignements auprès des assurances (compagnies ou mutualité accidents élèves) en ce qui concerne les garanties accordées.

Le Conseil Municipal demande à Monsieur le Maire de bien vouloir demander à la direction des PTT des précisions au sujet de l'établissement du circuit Montmirail rieux (prix abonnement, entretien du circuit).

L'an mil neuf cent trente huit, le dix-sept Mars à seize heures, le Conseil Municipal.
Considérant que le détachement du 3e R.A.C. qui a séjourné dans la commune du 30 Avril au 2 Mai 1938 a occasionné des dégâts à une prairie appartenant à Monsieur Favrel René qui avait réclamé une indemnité. Le Conseil Municipal a fixé cette indemnité à 120f.

L'an mil neuf cent trente huit, le vingt six Mai à huit heures, Le Conseil Municipal autorise le Maire de la Commune à signer la formule de déclaration du nom et pour le compte de la commune de Rieux en ce qui concerne l'installation d'un réseau téléphonique sans avoir à prévoir celle d'un réseau télégraphique.

L'an mil neuf cent trente huit le vingt trois Octobre à huit heures, Monsieur le Président donne connaissance des statuts de la Mutualité Accidents Elèves du département de la Marne. Considérant que les garanties sont très nombreuses et les primes peu élevées, le Conseil Municipal décide de contracter une assurance pour l'année scolaire 1938-1939 en se basant sur un effectif de 30 élèves (domiciliés dans la commune).
La prime se montant à 60f sera mandatée sur l'art 37 du budget primitif et sera portée comme subvention à la Mutualité Accidents Elèves du département de la Marne.

L'an mil neuf cent trente hui le premier Décembre à huit heures, le Président expose à l'assemblée qu'une fourniture de goudron de 4 tonnes 5 est nécessaire en 1938 pour l'entretien des chemins vicinaux ordinaires.
Après avoir délibéré, le conseil municipal décide d'autoriser Mr le Maire à passer un marché de gré à gré avec les établissements Cochery, 6 rue de Rome Parie 8e pour livraison de 4 tonnes 5 de goudron au prix de 797f,45 rendu par wagon citerne gare de Sézanne.
Demande à M le Sous Préfet de vouloir bien revêtir le marché dont il s'agit de son approbation. La dépense s'élevant à 3588f,52 est à imputer sur les crédits d'entretien inscrits à l'art. 78 du budget primitif 1938.

L'an mil neuf cent trente neuf le douze Mars à neuf heures, Monsieur le Président propose d'accorder au Cantonnier Mr Hermand Sosthènes, un salaire journalier de 24f pour remplacer le salaire de 20f précédemment fixé. Le Conseil décide d'accorder le salaire demandé en tenant compte de l'augmentation du coût de la vie, à l'unanimité, la proposition est acceptée.

L'an mil neuf cent quarante le quinze Décembre à dix heures (heure allemande), le Conseil Municipal décide de renouveler l'abonnement contracté par la commune pour l'entretien de son matériel d'incendie.

l'an mil neuf cent quarante et un le vingt Février à dix heure (heure allemande), Le Conseil Municipal de la commune de Rieux décide de ne pas signer les budgets primitifs et additionnel présentés à son approbation, cela faute de compte de gestions et de comptes administratifs.

L'an mil neuf cent quarante et un le vingt trois Mars à seize heures (heure allemande), Monsieur le Président propose d'accorder au garde champêtre Mr Coffinet Edmond une gratification de trois cent quarante francs. Le conseil décide d'accorder la gratification demandée en tenant compte de l'augmentation du coût de la vie et du travail supplémentaire qu'il doit fournir. La proposition est adoptée à l'unanimité.

Monsieur le Président propose d'accorder à la secrétaire de mairie Melle Chanut Suzanne une gratification de huit cent quarante francs. Le conseil décide d'accorder la gratification demandée en tenant compte de l'augmentation du coût de la vie et du travail supplémentaire qu'elle doit fournir. La proposition est adoptée à l'unanimité.

Le Conseil Municipal décide de voter un crédit de trois cent francs au profit des prisonniers de guerre de la commune de Rieux.

L'an mil neuf cent quarante et un le vingt deux Juillet à dix-neuf heures (heure allemande).
Le Président fait part à l'assemblée de la demande formulée par Mademoiselle S. Chanut, institutrice et secrétaire de Mairie: droit de passage dans la salle à manger non habitée de Madame Honnons, femme de l'instituteur que remplace Melle Chanut, pour se rendre de la cuisine à la mairie et aux chambres situées au 1er étage, sans contourner le bâtiment. (ce droit de passage a été accordé jusqu'au 20.7.41 par Madame Honnons). Considérant que le secréterait de la Mairie demande une présence constante, le Conseil Municipal décide qu'il est de toute utilité que ce droit soit accordé pour la bonne marche des services.

L'an mil neuf cent quarante deux le six Décembre à neuf heures du matin, Mr le Maire expose qu'il a reçu une demande d'augmentation émanant de Mr Jaquet cantonnier. Celui-ci demande que le prix de sa journée de travail soit porté à 35f. Le Conseil considérant que le prix n'est pas exagéré, accorde ce prix à l'unanimité.

L'an mil neuf cent quarante deux le vingt-six Décembre à neuf heures du matin, le Conseil Municipal décide d'attribuer au Maire et à l'Adjoint l'indemnité forfaitaire de fonctions par la loi et l'arrêté des 15 Janviers 1942 et du 29 Mai 1942.

L'an mil neuf cent quarante trois le trente et un Janvier à quatorze heures.
Le Conseil autorise M le Receveur Municipal à encaisser la somme de Mille Cent francs représentant le montant de l'indemnité accordé par la Caisse Départementale des Incendiés de la Marne à la suite de la chute de la foudre sur la mairie et l'école, le 4 Octobre 1942.

Puis le Conseil autorise M Guérin, Maire, à déposer entre les mains du Receveur Municipal, la somme de quatre cent un francs soixante-cinq centiles reliquat du compte de la cantine scolaire et celle de deux cent quarante sept francs, reliquat des comptes de la Coopérative scolaire dirigées par M Honnons, précédent instituteur de la commune, actuellement prisonnier de guerre. Etant entendu que ces sommes ne rentreront pas dans les fonds libres de la commune et qu'elles pourront être retirées lorsque les deux organismes précités fonctionneront de nouveau.

L'an mil neuf cent quarante-trois le cinq Septembre à neuf heures.
Le Conseil Municipal vote une somme de cinquante quatre francs à prélever aux dépenses imprévues, chapitre XII article 1 exercice 1943 pour remboursement des frais de séjour de la commission allemande lors de la dernière réquisition de chevaux qui a eu lieu dans le canton le 11 Février 1943.

L'an mil neuf cent quarante quatre le trente Mars à onze heures trente du matin, Mr le Maire expose qu'il a reçu une demande d'augmentation émanant de Mr Jaquet cantonnier. Celui-ci demande que le prix de sa journée de travail soit porté de 35f à 40f. Le Conseil, à l'unanimité, décide de lui accorder cette augmentation, à compter du premier Avril 1944.

L'an mil neuf cent quarante quatre le neuf Novembre à neuf heures du matin. M le Maire donne connaissance au Conseil de l'ordonnance du Gouvernement provisoire de la République du 26 Juillet 1944, concernant l'indemnité de fonction aux magistrats municipaux.
Le Conseil décide d'accorder au Maire et à l'adjoint l'indemnité de fonctions prévue à ladite ordonnance fixé 4000f pour le Maire et à 3600f pour l'adjoint.

Suivez rieux51210 on Twitter   Suivez le Forum WsWin          Web-Concept.eu  ©2010 N°27SE188   Visiteurs : 799197   Aujourd'hui : 210   En ligne : 1