Le 23 Janvier 1881 à 1 heure du soir. Installation des conseillers municipaux, nomination du maire et de l’adjoint.

1 Mary Antoine
2 Jambe Losthènes
3 Rouillon Arsène
4 Collet Félix
5 Clément Victor
6 Crapart Louis
7 Guesdra Eugène
8 Molet Stephen
9 Colin Alexandre
10 Carra de Vaux (Alexandre) absent
1er tour maire:
Guesdra Eugène (5V maire)
Jambe Losthènes (3V)
Mary Antoine (1V)
1er tour adjoint:
Mary Antoine (7V adjoint)
Clément Victor (1V)
Jambe Losthènes (1V)

Le 12 Février 1881 Le cours des garçons (pas de filles inscrites) qui est dirigé par Mr Cabret fréquenté par 18 élèves a commencé le 22 Novembre 1880 prend 10 heures par semaine et doit durer 3 mois.

Frais de chauffage 10 Frs
Eclairage 10Frs
Rémunération du directeur 50 Frs
Subvention à demander à M le Ministre de l’instruction publique 50Frs
Le conseil vote une somme de 70Frs à prendre sur les fonds communaux pour compléter l’allocation communale et assurer le paiement des dépenses résultant la tenue du (ou des) cours adultes de l’hiver (1880-1881).
Améliorations scolaires d’après le rapport du Médecin inspecteur:
Approprier la fosse d’aisances située dans la cour du midi en empêchant l’infiltration des eaux.
De faire ce qui est nécessaire pour les fenêtres (persiennes) de l’école du midi.
Quant au renouvellement des tables bancs, vu la grande dépense qu’il pourrait occasionner et le peu de ressources qu’a la commune, le conseil demande qu’il plaise à l’administration de conserver encore quelques années tel qu’il est, s’engageant d’y faire toutes réparations urgentes.

Choix du garde champêtre communal:
Conditions imposées à ce fonctionnaire:
Le garde champêtre se rendra deux fois par semaines à la mairie pour recevoir les instructions, ou avis émanant de Mr le maire pour le service public de la commune.
En dehors de ces deux visites, il sera tenu de remplir comme d’habitude les fonctions de distributeur, de porteur d’affiches ayant rapport aux intérêts locaux.
Le dit garde champêtre en faisant ses tournées ordinaires comblera avec des pierres à sa portée dans la mesure du possible les ornières des chemins ruraux de la commune.
Le traitement annuel est fixé à partir de ce jour à la somme totale de trois cents francs.
Mr Martin Avrien a été choisi pour garde champêtre part tous les membres du conseil.

Le 26 Aout 1881 trouver le chemin vicinal N°2 de Montmirail à Morsains.

Le 3 Septembre 1881 le conseil municipal demande le rétablissement du Marchés aux veaux dans la ville de Sézanne.
Plantation d’arbres sur les rives submersibles du chemin de grande communication n°21

Le 26 Décembre 1881 le plan d’alignement (dressé par Mr Neuville géomètre à Montmirail) du chemin traversant le hameau de Fontaine Armée est approuvé.

Le 12 Février 1882 Le cours des garçons (pas de filles inscrites) fréquenté par 12 élèves a commencé le 1er Décembre 1881 prend 10 heures par semaine et doit durer 3 mois.

Frais de chauffage 10 Frs
Eclairage 10Frs
Rémunération du directeur 50 Frs
Subvention à demander à M le Ministre de l’instruction publique 50Frs
Le conseil vote une somme de 70Frs à prendre sur les fonds communaux pour compléter l’allocation communale et assurer le paiement des dépenses résultant la tenue du (ou des) cours adultes de l’hiver (1881-1882).

Le 16 Aout 1882 le conseil municipal vote la somme de 70Frs pour l’acquisition d’un rouleau compresseur pour l’entretien des chemins grande de communication d’abord, puis aux chemins vicinaux ordinaires les plus fréquentés ensuite. Une répartition entre les communes du canton doit être faite.
Le conseil donne son entière adhésion à la délibération du 17 Juin 1882 du conseil de la ville de Montmirail dans laquelle est exprimé le vœu d’établir trois nouvelles foires qui auront lieu les troisième lundi de Janvier, Avril et Mai.
Une caisse des écoles est instituée à Rieux en exécution de l’article 17 de la loi du 28 Mars 1882 (rendant l’instruction obligatoire) ; elle a pour but de faciliter la fréquentation des classes par des récompenses sous forme de livres et de livrets de caisse d’épargne aux élèves les plus appliqués et par le secours aux élèves indigents ou peu aisés soit en leur donnant les livres et fournitures de classe qu’ils ne pourraient se procurer, soit en leur distribuant des vêtements et des chaussures et pendant l’hiver des aliments chauds.

Le 8 Février 1882, reconnaissant que par la délibération du 7 Novembre 1880, la commune a été autorisée à traiter de gré à gré pour les travaux relatifs à la réparation du clocher de l’église, que Mr le maire à traité de vive voix avec le sieur Thomy Bossant couvreur à Montmirail, pour la somme de 600Frs.

Le 4 Mars 1883, après avoir murement délibéré le conseil municipal reconnaît que le dit Lefèvre Emile Alexandre est indispensable à sa famille attendu qu’il est le fils ainé et que son père est interne à l’hospice des aliénés de Chalons. En conséquence le conseil municipal est d’avis que le jeune Lefèvre Emile Alexandre soit dispensé du service militaire actif comme soutien de famille durant le temps que durera la maladie de son père et que ses droits de soutien seront reconnus tels qu’ils existent actuellement.

Le 26 Aout 1883 Le conseil municipal délibère sur la réception définitive des travaux de l’école par l’entrepreneur Marchal, maçon à Montmirail sur plan de Mr Boiron architecte à Sézanne.

Le 18 Novembre 1883 Mr Guesdra, maire, fait lecture au conseil d’une décision écrite prise par Mr le Baron Carra de Vaux François Louis Alexandre, propriétaire à Rieux et membre de ce conseil dans laquelle il sollicite l’autorisation de faire exécuter à ses frais des travaux d’améliorations et d’embellissement à la nef de l’église de Rieux.
Le conseil municipal, vu les plan et devis du projet de restauration de l’église dressés par Mr Georges, architecte à Chalons sur Marne, vu les déclarations de Mr le Baron Carra de Vaux, considérant que les travaux que ce dernier désire faire exécuter dans la nef de l’église n’apporteront aucune charge ni dépense à la commune donne son entière approbation audits plans et devis et accorde à Mr le Baron Carra de Vaux l’autorisation qu’il sollicite.

Le 24 Février 1884, une plainte est formulée par la majorité des conseillers sur la triste situation des rues du hameau de Fontaine armée. La circulation en voiture et même à pieds est des plus difficiles pour ne pas dire impossible. Le conseil exprime le vœu qu’un devis soit établi par Mr l’agent voyer cantonal afin que les travaux soient effectués dès l’été prochain.

Le 27 Avril 1884, le conseil municipal donne son entière adhésion aux plans et devis dressés pas le conseil de fabrique car des réparations urgentes sont à faire au plafond de la nef de l’église.

Suivez rieux51210 on Twitter   Suivez le Forum WsWin          Web-Concept.eu  ©2010 N°27SE188   Visiteurs : 799208   Aujourd'hui : 221   En ligne : 3