Le 14 Juin 1914 les membres du conseil municipal dument convoqués se sont réunis en session extraordinaire pour le présidence de Mr Guérin Alexandre, le plus âgé des conseillers municipaux.

Objet: Nomination d'un Maire.
Premier tour de scrutin.

M Verdier (2V)
M Laplaige (6V)
M Guerin (1V)
M Baron de Vaux (1V)
Mr Laplaige Jules Honoré ayant obtenu la majorité absolue a été proclamé maire.

Monsieur Laplaige, adjoint, étant passé maire, la place d'adjoint se trouve vacante. Le conseil décide alors de nommer un Adjoint.
M Verdier (4V)
Perdreau (3V)
Guérin (2V)
Baron de Vaux (1V)
Aucun n'ayant obtenu la majorité au 1er tour, on procède à un 2ème tour.
Verdier (5V)
Perdreau (3V)
Guérin (2V)
3ème tour
Verdier (6V)
Perdreau (2V)
Guérin (2V)
Ce tour est annulé sans raison apparente !

3ème tour
Bourgeois (9V)
Fontaine (1V)
M Bourgeois Henri ayant obtenu la majorité relative est déclaré adjoint est accepte la fonction.

Le 26 Septembre 1915 à deux heures du soir.
Le Conseil Municipal reconnaissant que le travail des secrétariats de mairie s'est beaucoup accru cette année alloue à Mademoiselle Mathé secrétaire une gratification de cent francs sur les fonds libres de l'exercice 1914.

Pour le même motif d'augmentation de travail le conseil vote une gratification de cent francs à Monsieur Molin Jean Batiste garde champêtre, laquelle somme sera prise sur les fonds de l'exercice 1914.

Monsieur le Maire explique qu'il y a lieu pour conformer à l'instruction ministérielle du 4 Février 1915 de nommer un délégué et un suppléant pour faire partie de la commission cantonale d'évaluation des dommages de la guerre.br> Après vote au scrutin secret, ont été nommés délégués: Monsieur Verdier Félix et suppléant Monsieur Guérin Alexandre.

Le 14 Octobre 1915 à quatre heures du soir, le Conseil,
Reconnaissant que la fête du 14 Juillet 1914 n'a pas été payée décide d'inscrire aux chapitres additionnels la somme de 85 francs 60 destinée à solder les divers fournisseurs.

Le conseil,
Après examen sommaire du matériel d'incendie manquant décide d'inscrire aux chapitres additionnels la somme de 400F pour indemniser la Caisse des Incendies de l'avance qu'elle voudrait bien faire pour le remplacer.

Le Conseil Municipal examine la requête présentée par Mrs Chantrelle, Laurent Paré, Emile Lefèvre, Gaston Perdreau, Garmont, Emilien, Perveau, Lamotte, Boyer, Champenois, Royer Désiré, Planson, Jamain, Leroy, Guérin Pachot, Guérin Herbin, Antoine Collet.
Les cultivateurs déclarent avoir reconduit dans le courant d'octobre 1914, au dépôt d'Esternay, sur l'ordre de la gendarmerie de Montmirail et en présence de Monsieur Laplaige, Maire de Rieux, les chevaux que chacun d'eux avait pris en pension depuis le commencement de Septembre.
Le Conseil estime qu'il y a bien lieu de transmettre à Monsieur le Préfet les doléances des intéressés qui n'ont pas été indemnisés en priant de vouloir faire auprès de l'autorité militaire toute démarche utile pour que les réclamants soient payés de leur frais./p>

Le 25Juin 1916
Le conseil municipal décide d'accorder à l'œuvre marnaise des prisonniers de guerre la somme de douze francs cinquante centimes par mois à prendre sur le budget additionnel de 1916.

Le conseil municipal décide d'accorder à l'union des Femmes de France la somme de cinquante francs à prendre sur les chapitres additionnels de 1916.

Le 23 Novembre 1916
Le Conseil reconnaissant que la fête nationale du 14 Juillet 1914 a donné lieu à une dépense de 66F,70 impayé à M Hébert Cassoy charcutier à Montmirail, autorise M le Maire à dresser un mandat de la dite somme au fournisseur sus nommé, mandat qui sera pris au chapitre additionnel au budget 1916.

L'an mil neuf cent dix sept, le onze Mars à treize heures.
Le conseil municipal décide d'accorder la somme de quinze francs en vue de couvrir les frais nécessités par la délivrance des carbets de sucre.
Le conseil municipal par 3 voix contre deux refuse la gratification de 100F à l'institutrice et décide qu'il n'y a pas lieu de maintenir cette gratification à Mademoiselle Mathé.

L'an mil neuf cent dix sept, le 25 Novembre à huit heures du matin
Le Conseil d'après la déclaration des cultivateurs examine la quantité de blé dont il peut disposer pour l'alimentation de la population . Il s'aperçoit qu'il reste encore 496qx de blé. La quantité nécessaire jusqu'au 1er Septembre étant de 500 à 540 qx environ, le blé rendant un peu plus au battage que l'estimation, il considère que la commune à juste assez pour son alimentation.

L'an mil neuf cent dix huit le vingt six Février à six heures du soir, Le Conseil saisi d'une demande d'indemnité des trois facteurs qui desservent la commune décide de leur accorder à chacun la somme de 5 francs, soit au total 15 francs qui seront inscrits au budget primitif chaque année et pris pour cette année au chapitre des dépenses imprévues du budget additionnel.

L'an mil neuf cent dix huit le vingt deux Septembre à deux heures du soir,
Le Conseil après examen des décrets du 10 Mai 1895 relatif à l'emprunt de 8000F pour chemins vicinaux, amortissable en 25 ans, fait remarquer à Monsieur le Préfet que la dernière annuité est soldée et qu'il n'y a plus lieu de prévoir au budget primitif une somme pour solder cet emprunt.

L'an mil neuf cent dix neuf le vingt et un Avril à quatorze heures,
Le Conseil Municipal après avoir pris connaissance de la circulaire de Mr le Ministre de l'Intérieur concernant la réorganisation de la police municipal et rurale.
le conseil municipale jugeant qu'un garde champêtre est indispensable dans la commune et ne pourrait être remplacé par une brigade, émet le vœu que rien ne soit changé à l'organisation de la police municipale et rurale.

L'an mil neuf cent dix neuf le vingt et un Avril à deux heures.
Le conseil Municipal décide d'inscrire au budget primitif de l'exercice 1920 une somme de cent francs, supplément de traitement de l'Institutrice.

Le Conseil décide de porter le traitement du secrétaire de mairie à 400F à compter du 1er Avril 1919. Le traitement actuel étant de 300F, il convient de prendre le complément, soit cent francs sur les fonds disponibles.

Comme l'année précédente, le Conseil décide d'accorder au secrétaire de mairie et au garde champêtre une somme de deux cents francs chacun qui sera prise au budget additionnel de 1919 vu le surcroit de travail occasionné par le démobilisation, liste électorale, recensement des récoltes, et le conseil décide de faire mandater la gratification du secrétaire de mairie le plus tôt possible.

L'an mil neuf cent dix neuf le vingt six Octobre
Monsieur le Président soumets au Conseil municipal une note de Monsieur le Maire de Montmirail au sujet de l'érection d'un monument aux soldats du canton "Mort pour la France".
Le Conseil à l'unanimité, décide que la commune peut souscrire à l'érection de ce monument et vote une somme de 400F qui sera prise sur les fonds libres de l'exercice 1919.

Suivez rieux51210 on Twitter   Suivez le Forum WsWin          Web-Concept.eu  ©2010 N°27SE188   Visiteurs : 799206   Aujourd'hui : 219   En ligne : 2