Le 1er Mai 1892 Election des membres du conseil municipale.
Une boite fermée à deux serrures a été placée sur le bureau. L'une des clefs est restée entre les mains du président et la seconde a été remise à l'assesseur le plus âgé.
Le scrutin a été ouvert à huit heures.
Les électeurs présentaient une carte délivrée précédemment par le maire. A six heures du soir, le président a déclaré publiquement le scrutin clos.
Le bureau a procédé immédiatement au dépouillement.
Il a arrêté les listes d'émargement et y a constaté en toutes lettres le nombre des votants qui s'en élevé à soixante-deux.
Puis il a ouvert la boite et a compté les bulletins qui y étaient enfermés. Le nombre de ces bulletins était de soixante-deux, soit une majorité absolue à 32 voix.

Crapart Alexandre (51V)
Fontaine Victor (51)
Clément Alexandre (48V)
Laplaige Jules (46V)
Roffort Cléophas (43V)
Guérin Louis Alexandre (35V)
Jambes Sosthères (34V)
Molet Stéphen (33V)
Rouillon Arsène (33V)
Guérin Emile Alexandre (30V)
Lucas Alexandre (20V)
Mary Antoine (19V)
Molin René (15V)
Perdreau Alphonse (12V)
Crapart Auguste (13V)
Collin Alexandre (14V)
Mortier Albert (12V)
Lefèvre Sosthènes (9V)
Lucas Marie (8V)
Lange Auguste (9V)
Perrin Armand (8v)
Jarrot Léon (7V)
Perdreau S ais(7V)
Le nombre de conseillers à élire étant de dix et neuf candidats seulement ayant réuni les conditions prévues par la loi, le président que conformément à la loi du cinq Avril 1884, il sera procédé à un second tour de scrutin le dimanche 8 Mai à 8H00 du matin pour élire le nombre restant à nommer

Le 8 Mai 1892 à midi, élection de un membre du conseil municipale.
A six heure du soir, le président à déclaré publiquement le scrutin clos et le dépouillement a commencé aussitôt.

Guérin Emile Alexandre (16V)
Mary Antoine (7V)
Perdreau Alphonse (6V)
L'élection devant avoir lieu à la majorité relative, Mr Guérin Emile Alexandre ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages a été proclamé membre du conseil municipale.

Installation du conseil municipal, élection d'un maire et d'un adjoint.

Premier tour maire.
Molet Stéphen (6V)
Roffort Cléophas (2V)
Rouillon Arsène (1V)
Fontaine Victor (1V)
Mr Molet Stéphen a obtenu la majorité absolue, a été proclamé maire.

Election de l'adjoint.

Mr Crapart Alexandre ayant obtenu la majorité absolue des suffrages a été proclamé adjoint.

Le 3 juillet 1892 Le conseil municipal.
Vu l'estimation qui lui a été donné par l'Agent Voyer pour la construction de la partie nécessiteuse des chemins vicinaux de Fontaine-Armée à Molincourt et de Molincourt à Rieux est d'avis de construire les dits chemins entre les carrefours de la croix de Chambry et le hameau des Chanots. et à cet effet prend l'engagement de voter, en temps utile, la somme de huit mille francs, montant des travaux à exécuter pour les chemins vicinaux N°5 et N°8 et prie Monsieur le Préfet de vouloir bien lui faire donner satisfaction.

Le 5 Mars 1893 Le conseil municipal accepte l'engagement pris par Madame Veuve Albert Carra de Vaux (décédée le 5 Novembre 1892), à la date du 26 Octobre 1892 avec la réserve qu'il comporte et par lequel engagement cette propriétaire cède gratuitement à la commune 39 ares 70 de terrains nécessaires à l'assiette du nouveau chemin et reprend sans indemnité 17 ares 35 de terrain provenant des parties inutiles de l'ancien chemin enclavées dans ses propriétés.

Le 14 Janvier 1894 Le conseille municipal.
Considérant que l'école de Rieux comporte au minimum 40 élèves des deux sexes; que depuis plus de trente ans, la femme de l'instituteur a toujours été chargée d'enseigner les travaux de coutures.
Décide à l'unanimité de maintenir la direction de l'école telle qu'elle a toujours existée.
A cet effet le conseil municipal se réserve d'assurer l'indemnité à la maitresse de couture, soit 80 francs, lors de l'établissement des chapitres additionnels au budget de 1894.

le 19 Aout 1894 Le conseil municipal de la commune de Rieux.

Désirant s'associer au comité d'exécution pour l'érection au chef lieu du département d'une statue au vénéré Carnot.
Après avoir délibéré.
Vote la somme de dix francs comme souscription à l'érection de la statue Carnot à Chalons. Et celle de dix francs comme souscription a l'œuvre philanthropique des femmes françaises.

Le 24 Janvier 1895 Mr le Maire fait donner lecture de la délibération du conseil municipal de la ville de Montmirail relative à l'établissement dans cette ville d'un marché aux petits porcs qui se tiendra le Lundi de chaque semaine, jour qui coïncide avec celui du marché ordinaire
Le conseil, considérant que l'établissement conforme au projet formé par le conseil municipal de Montmirail est bien conçu et favorise les intérêts de l'agriculture et du commerce de la contrée.
Est d'avis de donner son entière adhésion à la délibération du conseil municipal de la ville de Montmirail.

Le 10 Février 1895 Mr le Maire donne lecture de la circulaire préfectorale relative au produit de toutes les concessions de terrains dans les cimetières au profit des communes.
Mr le Maire expose ensuite que jusqu'alors les sépultures ont été abandonnées à la libre volonté des parents et amis des défunts et que ni la fabrique, ni la commune ne tiraient aucun profit des funérailles dans le cimetière.
Le conseil municipal,
Considérant que l'étendue du cimetière eu égard à la population de la commune sera toujours plus que suffisante.
Considérant que le produit des concessions rapportera toujours un, petit produit à la commune.
Est d'avis d'adopter le tarif suivant divisé en trois catégories:

1° Le prix de mètre carré de terrain du cimetière pour une concession à perpétuité est fixé à quarante francs.
2° Le prix du mètre carré pour une concession de trente ans est fixé à vingt francs.
3° Le prix du mètre carré pour une concession temporaire de quinze ans est fixé à quinze francs.
Le montant de ces concessions sera payé en une seule fois entre les mains du receveur municipal et les frais que pourraient occasionner l'acte de concession, enregistrement seront supportés par les familles concessionnaires de même que les frais de transfert des restes et monuments en cas de translation du cimetière.

Le 3 Novembre 1895 Le conseil est appelé à donner son avis sur une demande fournie par les héritiers composant la famille de feu Mr le Baron Carra de Vaux, relative au remboursement des diverses donations à perpétuité faites à la Fabrique de la paroisse de Rieux par feus Des Roys et Carra de Vaux.
Considérant que les héritiers de la famille Carra de Vaux ont de par la loi, le droit de demander le remboursement des diverses dettes envers la Fabrique de Rieux.
Est d'avis que la Fabrique de la paroisse de Rieux peut être autorisée à accepter le remboursement de la somme de 4810 proposé par la famille d Vaux.

Le 1 Mars 1896 Le conseil municipal, autorise Mr Molet, maire de la commune de Rieux, à traiter avec Mme Veuve Carra de Vaux Albert, propriétaire en résidence à Rieux, l'échange à intervenir entre cette dernière et la commune au sujet de l'agrandissement du cimetière et d'une concession à perpétuité.

Suivez rieux51210 on Twitter   Suivez le Forum WsWin          Web-Concept.eu  ©2010 N°27SE188   Visiteurs : 799206   Aujourd'hui : 219   En ligne : 1