L'église Saint-Laurent dont le chœur est un très beau spécimen de l'architecture du XIII ème siècle. On y retrouve la facture des artisans de Reims et on l'attribue au maître d'œuvre Gautier du Val Renfroy. Notée par la Commission archéologique, et dont le chœur est fort beau; on croit qu'elle remplace la chapelle du couvent, l'église Saint Vincent. Pour le chœur gothique, vers 1220, cité par Violet-le-Duc dans son dictionnaire d'architecture comme dans " l'apogée du système champenois ", qui consistait ( à bander entre le formeret et le mur un berceau ), en d'autres termes, le formeret. C'est à dire l'arc servant de couvre-joint sur le quartier de la voûte n'est pas appliqué contre le mur de l'église, mais séparé de celui-ci par une petite voûte en berceau et une coursière passe entre le plan des retombées de la voûte et le mur.

Le transept est constitué de quatre groupes de colonnes servant d'appuie aux portiques des croisillons et à l'envolée du chevet pentagonal. Ce dernier est à deux étages inégaux. Le premier est aveugle derrière le maître-autel et le second ouvert par cinq fenêtres à deux lancettes surmontées d'une rose polylobée. Une galerie circulaire complètement achevée court au pied des fenêtres, soutenue par d'élégantes colonnades surmontées de chapiteaux et de frises à décorations champêtres.

(Le palmier) du chevet est d'une grande beauté et contre coupé par les perspectives des passages de la galerie circulaire.

La nef reconstruite au XVI ème siècle n'est malheureusement pas de la même facture.

Le mobilier est intéressant.

On remarque notamment : Un banc d'œuvre en chêne sculpté ( à la place habituelle des stalles, coté Nord ) comprenant dix panneaux représentant chacun un motif ornemental de chimères à corps de poissons en haut et des dauphins en bas. Un médaillon entre les deux s'orne d'une tête, de profil, différente pour chaque panneau ( 6 hommes et 4 femmes ). D'après les coiffures on peut les dater du début du XVI ème siècle.


Le portail intérieur est encadré d'une décoration de panneaux boisés rappelant les médaillons du banc d'œuvre ( époque cependant plus récente ) avec des têtes de femmes aux profils burlesques, encadrées de dauphins. La mention " O crux ave, spes unica " ( Salut ô croix, mon seul espoir ) est sculptée dans une partie longitudinale directement au-dessus de la porte.

Les fonds baptismaux sont situés dans le fond du collatéral nord et clôturés par une belle grille en fer forgé. Enfin dans le même collatéral ( mur extérieur nord ) une piéta ( marbre blanc ou albâtre ) est enchâssée, jolie sculpture de relief et beau mouvement des corps.


A transept, côté du chevet, deux statues anciennes encadrent l'arcature de la nef. Il s'agit à gauche de Saint Quentin et à droite de Saint Laurent ( statues en bois polychrome du XVI ème siècle ). Deux stalles de belle facture sont placées devant les bancs de la nef.


Suivez rieux51210 on Twitter   Suivez le Forum WsWin          Web-Concept.eu  ©2010 N°27SE188   Visiteurs : 683320   Aujourd'hui : 77   En ligne : 2