Par le nombre de ses habitants, la Région Champagne - Ardenne se situe au 187ème rang des régions métropolitaines, mais, sa part dans la population française ne cesse de diminuer, malgré un taux de natalité jusqu'à ces dernières années supérieur à la moyenne national. C'est que le déficit migratoire est considérable et place au palmarès de l'attractivité de la Champagne-Ardenne à l'avant-avant-dernier rang (les derniers étant tenu par le Nord-Pas-De-Calais et la Lorraine). Dans la Champagne, le département de la Marne est le moins mal loti. La densité est de 68 Habitants au kilomètre carré, soit les 2/3 de la moyenne nationale (104), alors que les Ardennes sont à 57, l'Aube à 48, et la Haute-Marne à 33; par ailleurs, sa population continue d'augmenter passant de 442 000 en 1962, à 530 000 en 1975, à 558 000 en 1990 et à 570 000 (estimation) en 1997.

Une population jeune
Avec près de 29% de sa population de moins de 20 ans, la Marne est un département plus jeune que la moyenne des département français (27%), d'autant que les 20 à 59 ans sont plus nombreux (55% contre 53%) et les plus de 60 ans moins nombreux (16% contre 20%). Marque laissée par une période pendant laquelle la natalité a été forte dans la région, les Ardennes qui donnent une partie de leur population à Reims ayant même tenu le 2ème rang des départements français de 1950 à 1960.

Avec près de 8 600 naissances en 1996, la Marne a le plus fort taux de natalité de la région (17 000 naissance pour la Champagne) et même un taux supérieur à celui de la France, soit 13,0% contre 12,5%.

Pour ce qui est des décès, la Marne enregistre le plus faible nombre des quatre département de la région, sans que l'espérance de vie y soit plus forte qu'ailleurs, inférieur par exemple à l'Aube, et pour les hommes et les femmes, inférieure à la moyenne nationale.


Les Unités Urbaines

Chalons en Champagne
L’unité urbaine de Chalons en Champagne regroupe environ 62000 habitants. Préfecture de Région, siège du Conseil général, la ville à la riche bibliothèque (130 000 Hôtel de La Salle volumes ), aux superbes maisons à pans de bois, construite sur la Marne, le canal latéral à la Marne et leurs dérivations, est, malgré sa richesse artistique et son charme un peu désuet, mal connue. Ses 48423 habitants (recensement de 1990) s’augmentent des 4949 habitants de fagnières et des 6070 habitants de Saint-Memmie, faubourg très commerciaux, aux quels s’ajoutent les 2400 de Courtisols, les 2084 de Sarry, les 4240 de Mourmelon, le grand camp militaire où s’exercent les chars Leclerc, et les 3106 habitants de Suippes, autre immense champ de manoeuvres militaires. Ces petites villes craignent la fin de la conscription et la chute de leur économie.


Reims

Capitale économique et culturelle, qui a dû se résigner à n’être pas capitale administrative. Reims est forte de son passé prestigieux de ville des sacres et de son passé scolaire et universitaire européen. La renaissance de son université (30000 étudiants en 1998) lui permet dePlace de la République rayonner loin de ses limites. A ses 180 620 habitants (recensement de 1990), il faut ajouter dans la mouvance les 5286 habitants de Fismes, petite ville active au bel hôtel de ville, les 6487 habitants de Betheny et son aéroport, les 5745 habitants de Cormontreuil, faubourg commercial de Reims, les 10154 habitants de Tinqueux , autre grand faubourg commercial et industriel qui regroupe 250 entreprises, les 4572 habitants de Witry lès Reims ou Vickers, propriétaire de Rolls-Royce, a une grand usine, les 2151 habitants de Warmeriville, centre régional de la Navigation aérienne et illustre pour avoir jadis permis les expériences de catholicisme social de Léon Harmel, père entre autre des allocations familiales.


Epernay
Troisième ville du tripôle Reims/Chalons en Champagne/Epernay, Epernay regroupe 26682 habitants et se découvre au milieu d’un vignoble immense qui escalade les collines qui l’environnent. Industrielle et industrieuse, elle unit un espace considérable autour de la luxuriance et de sa vitalité. Ay (4318 hab.) qui produisit d’abord des vins clairets, en fournit à Henry VIII, au pape Léon X et aux empereurs d’Allemagne, est aujourd’hui premier grand cru ; on peut admirer ses vieilles maisons du XVI siècle tout en dégustant les meilleurs vins du monde, tout comme à Vertus (2495 hab.) arrosée de sources d’une immuable pureté qui retinrent Jean le Bon qui en fit une pairie et la ceintura de remparts (porte Baudet) et à Dormans (3125 hab.) ville splendide dominant la vallée de la Marne où, à la vigne, s’ajoute la richesse des arbres fruitiers, dont certaines espèces datent du Grand Condé, du maréchal de Broglie ou du prince de Ligne. Loin d'Épernay mais dans sa mouvance, Sézanne (5829 habitants) est une calme mais active petite ville dont les mails (promenades) sont des merveilles de verdures. Montmirail (3812 habitants), chantée par Saint Vincent de Paul au XVII siècle est la capital du petit Texas champenois. Fère Champenoise ( 2362 habitants), laissant le vignoble au nord, est un grand marché agricole qui règne sur la vaste plaine à blé et à betteraves, que transforme Connantre toute proche.


Vitry le François
Détruite plusieurs fois au cours de son histoire (par Charles Quint en 1544 et en dernier lieu par les bombardements alliés en 1944), Vitry le place d'Armes François (17033 hab.), au remarquable tracé en carré et dont les rues se coupent à angles droits, est l’un des points de passages les plus importants du nord-est (3 canaux, 2 grandes lignes de chemin de fer, 3 grands axes routiers). Grand centre agricole (ses halles en béton sont splendides), elle essaie de surmonter la crise industrielle des années 1980. Dans sa mouvance Pargny sur Saulx (2 333 hab.) et son musée de la tuile et Sermaize les Bains (2 153 hab.), ancienne capitale des Sarmates, dont les sources ferrugineuses et riches en magnésium étaient déjà connues des Romains, est une charmant étape écologique.


Sainte Ménéhoulde
Enfin Sainte Ménéhoulde (5177 hab.), capitale d’une Argonnepar dessus les toits magnifique en automne est gardienne des défilés (Valmy tout proche, sauva la Révolution), d’autant qu’a Varennes, non loin, fut arrêté Louis XVI en fuite. Patrie de dom Pérignon, elle est connue grâce à Victor Hugo avec Le Rhin et Alexandre Dumas avec La route de Varennes. Doit-on rappeler qu’on y mange les pieds de cochon (os et chair) ?

Suivez rieux51210 on Twitter   Suivez le Forum WsWin          Web-Concept.eu  ©2010 N°27SE188   Visiteurs : 674935   Aujourd'hui : 77   En ligne : 3